– Info Santé 77 Nord – Juillet 2020 – Portrait : Lisa KABBAJ –

Home / – Info Santé 77 Nord – Juillet 2020 – Portrait : Lisa KABBAJ –
Actualité GOSPEL

Interview – Lisa KABBAJ

 

Pouvez-vous vous présenter et nous résumer votre parcours ?

J’ai débuté ma carrière dans le secteur sanitaire en qualité d’infirmière. J’ai ensuite évolué vers l’encadrement d’équipes, en qualité de cadre de santé et directrice des soins.

Après un Master 2 en Analyse et Management des Etablissements de Santé, j’ai rejoint le secteur médico-social en Direction d’EHPAD.

Comment avez vous été amenée à devenir la coordonnatrice du centre Covid de Lagny ?

Le Directeur de GOSPEL, Adrien BEAUMEL ancien collègue infirmier m’a contactée car les professionnels de Santé de la CPTS Marne et Gondoire avaient ce projet d’ouvrir un Centre Ambulatoire COVID.

Quelles ont été vos premières missions ?

Mes premières missions ont été de travailler à l’ouverture du Centre Ambulatoire avec la gestion globale de l’organisation des moyens matériels et humains. Nous avons mis en place un système de recrutement des volontaires. Nous avons aussi travaillé à l’élaboration et à la mise en place des protocoles, à l’accueil et à la formation des volontaires. Il s’agissait de répondre à un besoin de la population tout en assurant qualité, hygiène et sécurité pour tous.  Mon rôle finalement était celui d’un chef d’orchestre avec une vision stratégique, permettant la mise en place d’une équipe formée et autonome.

Comment ce centre s’est il organisé ?

Nous avons travaillé de concert avec les villes de Lagny-sur-Marne pour la mise en place du centre de consultations et la ville de Thorigny-sur-Marne pour le centre de régulation téléphonique.

Finalement, nous avons géré ce projet comme une ouverture d’établissement sanitaire, à la différence que tout a été imaginé et mis en place par une équipe de professionnels de santé.

Quel rôle a eu le DAC dans cette mise en place ?

Le DAC était en charge du lien avec les tutelles. Il a fait partie des initiateurs du projet d’ouverture.

Pour mettre en place le centre Covid, quels ont été les principaux atouts et difficultés du territoire ?

L’atout majeur de notre Territoire est d’avoir des professionnels de santé investis, dynamiques et proactifs. Les communes se sont aussi largement impliquées dans ce projet.

Pour ce qui est des difficultés, je dirais qu’il n’y en a pas eu liées au territoire. Les difficultés étaient plus liées au fait que nous n’étions pas équipés d’un système d’information adapté au profil de notre implantation. Nous avons simplement composé avec les moyens à disposition (mail, téléphone, système de planning partagé).

Et bien sûr, notre réelle difficulté était liée au manque de matériel de protection.

Le manque de matériel a beaucoup été rapporté. Que pouvez vous en dire ? Quelles solutions avez vous pu trouver ?

Effectivement, le manque de matériel a été notre point noir durant cette période de crise. Nous avons eu la chance de bénéficier de dons de la part des professionnels et citoyens du territoire.

Nous avons fait appel à la population et, à nos contacts personnels et professionnels. Les particuliers se sont mobilisés et ont mis leurs compétences au service de ce projet devenu commun à tous. Les entreprises se sont organisées et ont transformé leur activité pour créer ou encore  importer des équipements de protection pour nos professionnels de santé.

Nous avons aussi fait appel à des collectifs. Tous ont été extrêmement réactifs.

Avez-vous eu des actions particulières vis à vis des EHPAD ? Lesquelles ?

Les EHPAD manquaient de moyens humains et matériels. Ils n’étaient pas au fait des procédures à suivre pour limiter la propagation du virus.

Nous leur avons apporté notre soutien en leur fournissant du matériel et des protocoles de prise en charge. Les infirmiers volontaires au centre et les libéraux, associés aux kinés ont réalisé des vacations pour apporter des soins aux résidents.  Les médecins quant à eux se sont mobilisés et organisés via des plannings d’intervention pour les visites médicales au sein de ces établissements.  Mon travail était de mettre en place et coordonner l’ensemble de ces actions.

Quels points positifs retenez-vous de cette expérience ?

La gestion de cette crise sanitaire a mis en avant la capacité des professionnels de ville à réfléchir et à travailler ensemble avec dynamisme et, toujours dans la bonne humeur.

L’objectif commun était de proposer des soins accessibles et de qualité à l’ensemble des patients tout en préservant la sécurité de tous.  La mobilisation, la disponibilité, la réactivité des professionnels démontrent que rigueur et éthique sont les valeurs de la CPTS Liens Santé 77. Ce fut une expérience humaine extraordinaire qui a permis à chacun de prendre conscience de l’importance de travailler ensemble.

Quels points d’amélioration ?

Développer d’avantage le lien ville-hôpital ; ce lien a largement été exploité lors de la crise et est aujourd’hui renforcé par des actions et des engagements communs.

Mettre en place un système de coordination entre les différents territoires ; peut-être mettre en place une coordination commune.

Selon vous, que faudrait-il mettre en place de façon chronique pour être prêt à une nouvelle crise ?

Il me semble qu’avoir une CPTS active et un lien constant avec nos tutelles serait peut-être un moyen d’anticiper toute nouvelle crise.

Peut-être aussi, mener des actions de prévention et renforcer les parcours de soins des patients fragiles souvent dépendants.

Et bien sûr, un dossier médical partagé bien en place faciliterait la prise en soins et le suivi de l’ensemble de la population et éviterait les ruptures de parcours.

Contactez-nous

Merci de nous contacter, notre équipe fera le maximum pour vous répondre dans les meilleurs délais.

Changer la captcha captcha txt
202007 Format Slide gospel devient S77N