– Info Santé 77 Nord – Portrait – Docteur CLEMENT Christian –

Home / – Info Santé 77 Nord – Portrait – Docteur CLEMENT Christian –
Actualité GOSPEL

Interview du 24 septembre 2020

 

Docteur Clément Christian

Médecin généraliste à la Maison de Santé Pluridisciplinaire de Coulommiers

 

« Pouvez-vous vous présenter et nous résumer votre parcours ?

Je suis médecin généraliste, installé depuis 1995, avec un autre praticien en médecine générale.  Nous avons créé la maison de santé de Coulommiers en 2012.

Comment avez vous été amené à crée la MSP de Coulommiers ?

Faire face à la demande, à la charge de travail individuelle, a été notre principale incitation à un regroupement.  Et nous avions déjà l’habitude de travailler ensemble.

Qui la compose ?

Nous sommes 9 médecins généralistes, 3 infirmières libérales, une coordinatrice administrative, une psychologue clinicienne qui est aussi coordinatrice en lien avec les structures médico-sociales, 3 secrétaires et une femme de ménage.

Comment ce centre est il organisé pour les patients, les consultations, les VAD ?

Les consultations ne se font que sur rendez-vous, y compris les consultations non programmées, avec une prise de rendez vous le jour même. Chaque praticien assure ½ journée de soins non programmés (y compris le samedi) et ½ journée de visite à domicile, par semaine. Il y a donc une plage de visites et de soins non programmés tous les jours. Pour les soins non programmés, la consultation est ciblée sur le problème aigu, avec un rendez-vous pris le jour même.  Depuis le Covid, nous séparons les consultations pour pathologie infectieuse et non infectieuse.

Comment vous êtes vous organisés pour la crise Covid ?

Tout de suite, tout le personnel, médical ou non, est revenu. Nous avons séparé les consultations à risque des autres. Les matinées ont été exclusivement réservées aux consultations Covid, avec 1 à 3 médecins selon la demande. Les après-midis ont été réservés aux soins non Covid, programmés ou non. Les locaux étaient séparés.

Depuis juillet, nous avons une augmentation des soins programmés et nous avons eu besoin de reprendre une partie des locaux. Nous gardons une consultation infectieuse à part, dans des locaux séparés, avec un à trois consultants en fonction de l’activité, avec une prise de rendez-vous le jour même.

Nous avons gardé une activité de surveillance pour les malades Covid et nous avons organisé une surveillance à domicile par trois infirmières libérales dédiées à ces patients, avec un médecin d’astreinte pour la supervision, tous les jours.

Pour mettre en place cette organisation, quels ont été les principaux atouts et difficultés de votre territoire ?

Nous avons surtout manqué d’infirmières formées, y compris pour faire des prélèvements, et de médecins pour soutenir la cadence. Douze praticiens seraient un nombre idéal. Nous avons une difficulté administrative. La prolongation du statut d’adjoint pour les remplaçants nous a été refusé par l’ordre. Nous avons eu quelques problèmes de matériels.

Une équipe soudée, habituée à travailler ensemble sur des projets de coordination, est plus facile à mobiliser rapidement. Nous avons eu un fort appui de la mairie pour des locaux et la fourniture de masques.

Le manque de matériel a beaucoup été rapporté. Que pouvez vous en dire ? Quelles solutions avez-vous pu trouver ?

La gestion des masques a été difficile. Nous avons utilisé des stocks périmés, même avant le feu vert des tutelles. Les saturomètres, les thermomètres, les solutions hydroalcooliques ont été un problème. La mairie nous a aidés .  Nous n’avons jamais été en pénurie totale car nous avions anticipé certaines choses. Pendant 2 semaines, il a été impossible de fournir des masques aux patients.

Il a été dur et très chronophage de se maintenir à jour des connaissances, des recommandations, de mettre au courant des protocoles toute la structure. Il fallait toujours recommencer.

Avez-vous eu des actions particulières vis à vis des EHPAD ? Lesquelles ?

Nous n’avons de lien qu’avec l’EHPAD de la ville, qui s’est équipé tout de suite. Nous avons mis en place des échanges en visio-conférence, avec des difficultés techniques. Ils se sont mis tout de suite aux normes. Je pense qu’ils étaient contents de pouvoir nous joindre en direct.

Quels points positifs retenez-vous de cette expérience ?

La crise a obligé la structure à être résiliente, à se souder autour d’un projet commun. Cela permet de progresser et de voir où cela pèche.

Quels points d’amélioration ?

Il faut revoir les problèmes logistiques, le matériel et les circuits d’approvisionnement, l’organisation des réunions.

Selon vous, que faudrait-il mettre en place de façon chronique pour être prêt à une nouvelle crise ?

Il faut que les gens se connaissent d’avantage, qu’il y ait plus de lien entre les différents acteurs. Cela va plus vite de mobiliser des gens qui se connaissent.

Il faudrait mettre en place un outil de communication rapide et simple. Pour les besoins de matériels, il faut une structure prête à démarrer vite, en sachant qui s’occupe de quoi.

Comment avez vous été amenés à travailler avec le réseau GOSPEL ?

Nous avons surtout utilisé le réseau GOSPEL pour les soins palliatifs. Nous avons aussi travaillé avec la MAIA pour la gestion des cas complexes de personnes âgées, quand il faut mobiliser des aides, du personnel non médical. Nous communiquons aussi avec le PAT.

Que pensez vous de cette collaboration ?

Nous sommes très contents de la collaboration pour les soins palliatifs.

Comment voyez vous le travail avec le DAC ? Qu’en attendez vous ?

Nous espérons que les activités de la MAIA seront poursuivies par le DAC. Nous espérons que l’évolution se fera vers plus d’efficacité, en particulier pour les problèmes médico-sociaux. Nous espérons trouver d’autres structures professionnelles de santé avec lesquelles travailler. Mais c’est plus difficile de trouver un accord en dehors des périodes de crise. »

 

 

 

Contactez-nous

Merci de nous contacter, notre équipe fera le maximum pour vous répondre dans les meilleurs délais.

Changer la captcha captcha txt
Format wide RA 2019.pub202010 Format Slide Enquête.pub