– Info Santé 77 Nord – Portrait – Elodie GROU – Kinésithérapeute libérale –

Home / – Info Santé 77 Nord – Portrait – Elodie GROU – Kinésithérapeute libérale –

202106 Photo Elodie GROU

PORTRAIT – Elodie GROU

Kinésithérapeute libérale – Membre de la CPTS Marne & Gondoire

 

 Pouvez-vous vous présenter, résumer votre parcours ?

Ancienne judoka de haut niveau, j’ai suivi un double parcours sportif et scolaire. J’ai obtenu mon diplôme de masseur-kinésithérapeute en juin 2013 et je me suis installée en libéral à Montévrain dans le groupe La Vallée Santé en novembre. Mon installation s’est faite assez simplement, je connaissais déjà les kinésithérapeutes de Conches pour avoir fait un stage là-bas. Sébastien, judoka lui aussi m’a expliqué qu’ils étaient en train d’ouvrir un cabinet médical à Montévrain en plus de ceux déjà existants à Conches et St Thibault et que je pourrais gérer mes créneaux horaires comme je le souhaitais par rapport à mes entrainements. C’était parfait pour moi.  La transition s’est faite facilement dans une équipe sympa et dynamique.

J’ai effectué plusieurs formations notamment en kinésithérapie du sport, taping, épaules, bronchiolite du nourrisson…

Comment avez-vous été amenée à travailler au sein de la CPTS ? Quelle(s) implication(s) avez eu dans le projet ?

Je me suis retrouvée à travailler au sein de la CPTS un peu par hasard. On a assisté à une réunion qui présentait les CPTS et le projet m’a paru hyper intéressant. Comme il fallait des volontaires pour constituer l’association, j’ai proposé à mes collègues de s’y engager en équipe. Et puis la crise covid a accéléré les choses. Nous avons dû stopper notre activité, j’avais donc du temps. J’ai proposé mon aide et je me suis retrouvée à aider Lisa sur toute la gestion administrative du centre de consultations ambulatoires covid. Et de fil en aiguille, je suis devenue secrétaire de l’association :).

Pouvez-vous nous parler de la CPTS ?

La CPTS est composée de nombreux professionnels du territoire de Marne et Gondoire, surtout des professionnels qui travaillent en ville mais nous avons également créé des liens avec l’hôpital. Sur ce point, l’objectif est d’améliorer le lien entre la ville et l’hôpital afin de mieux organiser les sorties d’hospitalisation par exemple.

La communication entre les différents professionnels du territoire permet d’améliorer la prise en charge de nos patients, d’apprendre à connaitre comment chacun travaille. Ce fonctionnement en groupe permet également d’avoir des personnes vers qui se tourner lorsque l’on a une question ou un problème. C’est un vrai atout. Par ailleurs, il y a de nombreux projets à mettre en place afin de faciliter la prise en charge des patients mais il n’y a qu’en alliant nos forces que nous pourrons y arriver. Nous avons également des projets de formations. Nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres. Les professionnels de santé de ce territoire sont vraiment volontaires, motivés et dynamiques. C’est donc très stimulant, enrichissant et formateur !!

 La crise covid :

  • Quel est votre vécu de la crise? 

Lors de la première vague, nous avons dû presque totalement stopper notre activité. C’était assez étrange car ça n’est jamais arrivé. C’est à ce moment que je me suis engagée pour aider à la gestion administrative pour la mise en place et le pilotage du centre de consultation ambulatoire covid. Cela m’a permis de me sentir un peu utile. 

La deuxième vague était très différente car nous avons pu continuer notre activité. D’un point de vue professionnel, nous avons mis en place un protocole sanitaire très strict, pour assurer hygiène et sécurité aux patients mais aussi pour nous. Les patients sont rassurés et ils viennent en confiance faire leurs soins. 

  • Avez-vous manqué de matériel ? à quel moment ? 

 Nous avons stoppé l’activité au moment où la pénurie était la plus importante. Nous avons fait don de nos stocks aux infirmiers qui en avaient besoin à ce moment-là. A la reprise de notre activité, la CPTS nous a aidé en nous redistribuant les dons des professionnels, des entreprises et des particuliers qu’elle avait collectés au fil des semaines. Par exemple, un collectif de couturières bénévoles avait confectionné des blouses avec du tissu pré découpé et mis à disposition par l’entreprise TOUROUL. Des entreprises nous ont donné des masques, du gel ou encore des sprays désinfectants. La CPTS avait centralisé les dons. Cela nous a permis d’avoir du matériel dès la reprise de notre activité. La solidarité des personnes du territoire a été impressionnante et je remercie encore une fois toutes ces personnes qui nous ont aidés. 

  • Quels enseignements à tirer ? les points positifs de cette expérience ?

Grâce à la CPTS, j’ai rencontré des personnes formidables toutes plus investies les unes que les autres avec l’envie commune d’améliorer le domaine de la santé et de faire évoluer les choses sur notre territoire. Nous travaillons maintenant ensemble avec bienveillance, solidarité et dévouement dans une dynamique positive alors que nous travaillions jusque là à côté avec des patients communs sans vraiment se connaître.  Cela permet une prise en charge plus efficace pour nos patients. La crise covid nous a permis de créer des liens.

Aujourd’hui avec le COVID long et la reconnaissance de séquelles, ressentez vous un impact sur les patients ? qu’en pensez-vous ?

Pour le moment, j’ai peu de patients en COVID long mais ils attendaient cette reconnaissance et se sentent soulagés et compris. Au-delà des séquelles respiratoires sur lesquelles nous pouvons agir en tant que kinésithérapeute, je pense que pour le moment les séquelles psychologiques sont les plus importantes et que nous n’en mesurons pas encore les effets.

Quelles relations avec le DAC ?

 Je ne connaissais pas le DAC avant d’entrer dans la CPTS. C’est encore un point positif que m’a apporté la CPTS car le DAC peut nous aider pour orienter des patients dans des situations délicates. C’est un dispositif d’appui et de soutien que nous utilisons encore trop peu mais je compte bien y remédier.

Quels moyens de communication utilisez-vous pour le suivi de vos patients ?

Avant je communiquais surtout par mails, courriers ou téléphone mais maintenant j’utilise idomed. C’est notre moyen de communication de référence au sein de la CPTS. Beaucoup de professionnels y sont répertoriés donc c’est facile et pratique.

 Avez-vous des manques dans ces suivis ?

Il y a toujours des manques car les patients viennent de partout, ils ont beaucoup de consultations dans des structures différentes. Donc c’est parfois difficile d’avoir accès à toutes les informations dont nous aurions besoin mais cela est maintenant moins fréquent avec les professionnels du territoire.

Si vous avez besoin de rechercher une offre de soin sur le territoire, quel(s) outil(s) utilisez-vous ?

IDOMED 😊 Il y a toujours quelqu’un pour répondre à nos questions. C’est vraiment un atout !!

Utilisez-vous des supports d’informations ?

Pas personnellement. Mais nous aurons bientôt un site internet pour la CPTS.

Contactez-nous

Merci de nous contacter, notre équipe fera le maximum pour vous répondre dans les meilleurs délais.

Changer la captcha captcha txt
Format wide recrutement